Démarche artistique / Artistic process

Je m’attache intensément au détail, cherchant à saisir dans les objets et les événements infimes ce que l’ordinaire a de remarquable. L’architecture, le paysage et les objets inanimés sont mes sujets, la plupart du temps dépouillés de la présence humaine ou animale. A l’intérieur des images que je fabrique (il s’agit d’œuvres en deux dimensions: photographies, peintures, vidéos, dessins) le «vide» occupe une place importante. Je cherche à ce que les différents médias dialoguent et se fassent écho afin que les frontières qui les définissent tendent à s’estomper.

La lumière est à la fois mon premier matériau de travail mais aussi la base (elle devient métaphore), de ma réflexion sur les images: c’est avec elle que tout commence, c’est elle qui crée les images du monde qui parviennent à nos yeux. Elle donne à voir l’espace autant qu’elle le cache, l’expérience sensible qu’elle nous permet d’avoir du monde étant toujours partielle, contraire à un fantasme d’objectivité. C’est l’effet plus ou moins fugitif de la lumière qui nous révèle l’espace et c’est pour cette raison que je la vois comme la métaphore concrète de la subjectivité du regard: la lumière sur les événements du monde comme point de rencontre entre l’espace extérieur que nous partageons tous et la sensibilité personnelle qui nous différencie.

Mon intention est de créer les conditions (je pourrais même dire les «espaces») qui se prêtent le mieux à accueillir les interprétations personnelles et subjectives du public. Je cherche à renvoyer chaque personne à ce qu’il y a d’unique dans sa sensibilité et de cette façon, je veux questionner les raisons de la diversité du regard que chacun de nous peut avoir devant une même œuvre (l’œuvre est à l’image de tout événement). En un mot, je veux considérer la différence. C’est pour cette raison que je veux éviter d’interférer à l’heure de cette rencontre entre le public et l’œuvre. Je considère l’art comme un langage à part entière: c’est le moyen de communication que j’ai choisi pour m’exprimer et je voudrais, idéalement, qu’il puisse se passer des mots que je pose sur lui.

I am intensely attached to small details, trying to catch inside ordinary objects and events what the ordinary has of extra-ordinary. Architecture, landscapes and inanimate objects are my subjects, most of the time devoid of any human or animal presence. When something alive is present, it is part of a whole, it does not relegate the landscape to the role of a simple background.

Light is what my art is created from, as light is, in this world, what images are made of. It allows and prevents us from seeing space, as our sensorial experience of the world is always a partial one, objectivity is impossible. It is the more or less fugitive effect of light that reveals us the space. Light becomes then the concrete metaphor of the subjectivity of the view: the meeting of the exterior world that we all share and our own, personal, interior space. The feeling of familiarity or of otherness can let us feel some form of contact: my works of art are my answers, but also a form of question I ask the viewer, with the desire to create a link between us in the form of the visual language, one that can be enough on its own without the need for words.

I am a pluridisciplinar artist. Photography and video constitute the bulk of what I do, but with a constant influence from all disciplines on all others. The distinctions between different medias become blurred, (photography often has pictural resonances, painting can sometimes be mistaken for abstract photography, my videos borrow from photography their stillness). The images I craft are often characterized by a form of depletion of information, a visual silence that suggests something other: the viewer’s own interpretation. Like mirrors, what we see in them is influenced by where and what we are.